Tisane à la menthe pour les paresseux (comme moi)

  1. Première étape: Faire pousser de la menthe. Ok sure, c’est plus d'efforts initialement, mais après c'est moins loin que d'aller à l'épicerie à chaque fois. Pis sérieux, ça pousse tout seul. C'est de la f--ing mauvaise herbe! Ça va envahir tout ton jardin si tu fais pas attention. Garde ça dans un pot, arrose quand c'est sec, garde ça à l'ombre, pis tu va avoir de la menthe jusqu’à ta mort! Maudit chanceux!
  2. Choppe des p'tits bouttes. Les grandes feuilles goûtent un peu meilleur selon moi, mais les p'tites sont bonnes aussi. Essaye les deux I guess?
  1. Mettre les feuilles de menthe dans un ti-cossin à thé. Met en beaucoup. Genre remplis ton ti-cossin à thé au complet.
    • Optionnel: Tu peux les hacher avec des ciseaux si tu feel pas trop paresseux aujourd'hui. Ça goûte différent parce que tu as mis des efforts (et de l'amour) dedans.
  1. Verse de l'eau chaude. Ou un peu tiède-chaude si tu veux pas te brûler. Genre 70 degré si t'es du genre a avoir une bouilloire automatique de vrai paresseux!
  2. Attend genre 4-5 minutes. Ou plus. Ou moins. J'vais pas t'ostiner. (Si t’as pas de montre, dessine-toi en une. Quand t’as fini ton dessin, ça fait 5 minutes!)
  1. Verse ça dans une tasse. Si c’est vert radioactif, c’est parfait! C’est bon pour toé!
  2. Boit ça. Ça goûte la menthe. MMMmmm! Maintenant va t'évacher sur ta galerie pis profiter de ton moment où tu travailles pas, maudit chanceux!
  1. Si y fait chaud pis que tu veux que ça soit frette, met des glaçons. Ou met la au frigo, ou whatever. J'men fout chu pas ta mère.
  2. Boit en pas trop si veux pas aller aux toilettes 75 fois aujourd’hui.

TL;DR: Met d'la menthe dans d'l'eau chaude pis boit ça.

Tous les trucs niaiseux que j'utilise pour vaincre l'insomnie

En temps normal, je n'ai jamais de problèmes à dormir. Je m'endors facilement quand je me couche, je dors dur et si je me réveille, je me rendors instantanément. Mais des fois, et en particulier depuis quelques mois, je me réveille 1, 2 ou 3 heures trop tôt et je suis incapable de me rendormir. Évidemment, ça affecte mon humeur le lendemain et c'est très désagréable.

Au fil des mois, j'ai commencé à essayer plusieurs trucs pour me rendormir. Beaucoup n'ont pas marché pour moi. Certains oui. Je veux donc parler aujourd'hui des trucs niaiseux que j'utilise et qui marchent pour moi. Évidemment, rien de scientifique ici. Et c'est possible que ça ne marche que pour moi. Mais si ça peut aider quelqu'un, tant mieux.

La Liste::

  • Si quelque chose me trotte dans la tête, volontairement me dire que c'est pas le temps de penser à ça, que c'est pas important, et que je vais y revenir demain matin.
  • Boire un peu d'eau, aller aux toilettes
  • Me lever, m'assoir tranquille. Attendre 2-5 minutes et retourner me coucher.
  • Petits exercices d'étirement très légers
  • Manger un petit truc. Toast au beurre de peanut. Des fois je me rendors pas parce que j'ai trop faim.
  • Écrire ce qui me trotte dans la tête. Par exemple, ce billet a été commencé à 6h du matin quand je ne dormais plus. (Évidemment!)
  • Couché, focusser sur chaque parties du corps, surtout les bras et les jambes et s'imaginer qu'ils deviennent vraiment mous et lourds.
  • Penser à des rêves, et s'imaginer dans un rêve. (Ça a l'air con mais c'est probablement le truc le plus efficace de cette liste!!)
  • Surtout pas aller sur les réseaux sociaux ou les courriels! C'est pas le temps d'être stressé avec ça!

Si vous avez des trucs niaiseux vous aussi, je suis curieux de les connaitre! 🙂

Le côté humain des médias sociaux (ou pourquoi on aime quand même les posts insignifiants)

Petite réflexion à propos des facebooks, des twitters et des médias sociaux en général.

Les gens qui ne sont pas trop sur facebook et twitter disent souvent que ça ne sert à rien. «Je m'en fous de savoir que untel viens de manger un sandwich ou qu'il est aux toilettes!»

Ok c'est vrai. Effectivement, si y'a une personne qui fait juste parler de trucs trop personnels ou de faible intérêt, ce n'est pas très captivant. C'est pourquoi les gens que je vais suivre sont tous des gens qui font des choses passionnantes: des développeurs de jeux indies, des artistes, des auteurs, des bédéistes, des journalistes. Ces gens-là vont très souvent poster des liens vers des articles intéressants, des petits jeux flash sympathiques, des webcomics ou autres. Ils montrent les trucs qui ont piqué leur curiosité et, à notre tour, on peut trouver ça intéressant nous aussi. Toujours plein de trouvailles sympathiques.

C'est sûr qu'on peut aussi utiliser twitter pour suivre des sites de nouvelles ou des personnalités publiques "sérieuses". Là tu peux être garanti que tu n'auras pas de messages insignifiants à propos de ce qu'ils sont en train de manger ou du fait qu'ils s'ennuient et que la vie est déprimante ou whatever. Quand Obama ou La Presse écrivent sur twitter, c'est du sérieux.

Mais justement... c'est aussi ce qui fait que c'est un peu plate.

C'est particulièrement vrai avec les politiciens ou les comptes des compagnies. Ils écrivent toujours des trucs sérieux. Ils parlent uniquement d'eux-même. À un point où on pourrait se demander si c'est réellement eux qui écrivent ou si c'est pas un agent de marketing. Et là, ça devient vraiment achalant.

Ce qui est bien avec les médias sociaux par rapport aux médias traditionnels, c'est que c'est beaucoup plus personnel. Nos vedettes qui communiquent uniquement au travers de leur agent ou leur firme marketing dans les médias traditionnel peuvent se lâcher lousse sur les médias sociaux. Ils peuvent se permettre des petits commentaires personnels. Ils peuvent se permettre de parler d'autres artistes qui les intéressent.

Tout ça, ça rend les choses beaucoup plus humaines.

Peut-être que c'est pas méga top passionnant quand Guy A. Lepage poste une photo de son assiette de bouffe au resto, mais au moins, tu peux être sûr que c'est pas un agent ou une firme marketting (ou pire: un bot automatique!) qui vient d'écrire ça.

Les médias sociaux, ça ramène le côté humain que les actualités des médias traditionnels ont aseptisé. Et ça, ça rend les choses beaucoup plus intéressantes. J'aime!

Mise à jour (13 mai): Il semblerait que mes petites réflexions soient en réalité une idée bien ancré dans le domaine. Je viens de lire ça [Think tank: the importance of being honest], qui reprend exactement ce que j'avais en tête.

Conférence de Capy à l'IGDA

Ce soir encore, l'IGDA organisait une conférence à la SAT. Cette fois, c'était les 2 fondateurs de Capy (Clash of Heroes, Sword and Sworcery et Critter Crunch) qui sont venu de Toronto pour nous jaser de leur expérience. En particulier, ils ont focussé sur un aspect important de l'industrie du jeux vidéo : l'art de se faire des contacts en buvant des bières!

En soit, le sujet n'est pas nouveau. Se faire des contacts, c'est la base de presque n'importe quelle job. Mais alors que bien des conférenciers vont simplement dire que c'est important d'avoir un bon réseau de contacts, les deux gars de Capy ont expliqué comment faire pour le créer.

Pour quelqu'un qui débute dans l'industrie et qui ne connait pas beaucoup de gens, se faire dire qu'il faut absolument avoir des contacts pour percer peut être plutôt effrayant. C'est dur de connaître des gens quand on ne connait personne. Ce que les gars de Capy ont expliquer, c'est qu'il faut dédramatiser la patente. C'est parfaitement faisable et même recommandé d'aller boire des bières ou prendre un lunch avec nos développeurs idoles indépendant ou non. C'est comme ça qu'on peut rencontrer des gens cools et peut-être devenir ami avec eux. Et c'est en se faisant plein d'amis qu'on se fait des contacts. Et ces amis là vont pouvoir nous aider quand on va être dans la merde et qu'on va avoir besoin de conseils.

Faut pas voir les contacts comme des outils ou des ressources. Il faut les voir comme des amis. C'est ces amis là qui vont vouloir embarquer dans le projet. C'est ces amis-là qui vont venir travailler avec vous. C'est ces amis-là qui vont se faire ambassadeur du projet et qui vont en parler à leurs amis. C'est ces amis-là qui vont vous dégotter des contrats. En étant honnête dans la relation, on construisant sur la confiance des gens, on peut s'assurer qu'ils vont être d'autant plus impliqué dans le projet et moins susceptible de nous abandonner. Et c'est la même chose avec les journalistes. C'est pas en envoyant des communiqués de presse bullshit qu'on va convaincre un journaliste de parler de nous. C'est en étant ami avec.

Comme j'ai dit, c'est rien de nouveau. C'est tout des choses que je savais déjà. Mais j'ai aimé comment ils ont dédramatisé la chose. Je suis sûr que ça va convaincre du monde qui ne sont pas trop fort sur le social à se lancer. C'est comme jaser avec ses chums.

Steve Jobs 1955-2011

Hier, j'ai été triste d'apprendre le décès de Steve Jobs. Encore une autre personne a avoir été emporté par le foutu cancer. Et aussi, perdre un mentor, ça fait quelque chose...

C'était un vrai de vrai perfectionniste et un designer méticuleux. En design, il est facile de tomber dans le panneau de la beauté du produit au détriment de son utilisabilité. Ou vice-versa. Ce gars-là m'a appris qu'on pouvait réussir à combiner les deux si on y met suffisamment d'efforts.

Quelqu'un sur twitter a ressorti ce vidéo d'une présentation qu'il a faite en 2005. C'est drôle et touchant en même temps, et parfaitement bien approprié.

* * *

Bye bye, monsieur mon mentor. Je vais tâcher de ne pas oublier!

Sortir dehors

J'ai toujours dit que le soleil me donnait mal à la tête. C'était mon excuse pour ne jamais sortir dehors.

Depuis, j'ai essayé le cinéma 3D et le Nintendo 3DS et ça me donne mal à la tête aussi.

Finalement, ce n'est pas le soleil qui me donne mal à la tête: c'est le fait que le monde extérieur est en 3D.

Les pâtes de troll

Moi et mon frère, on a réalisé un chef-d'oeuvre! Une recette de spaghettis qui sont SUUUUPERS durs à manger!

Tu essayes de les enrouler sur ta fourchette: ça va tout croche. Tu essayes de les aspirer: ça marche pas et tu manques de t'étouffer. Tu essayes de les soulever avec ta fourchette: c'est trop long!

Les pâtes de troll! IMPOSSIBLE À MANGER! (parfait pour troller vos amis!) 😛

La recette n'est pas compliquée. Il suffit de prendre:

  • 1 portion de spaghettis longs
    • Facultatif: Si vous avez des spaghettis extra-longs comme dans les restaurants, c'est encore mieux!
  • 1 portion de macaronis longs (ça ressemble à des spaghettis mais c'est creux au centre)
  • Autant de portions de spaghettis courts qu'il faut pour avoir assez de pâtes pour tout le monde (il suffit de casser les spaghettis en deux avec vos mains)
Et maintenant, voici le secret:
Étant donné que la majorité des spaghettis sont cassés en deux, votre sujet va commencer à les manger et ce sera suffisamment facile pour ne pas avoir besoin de les couper dans son assiette (tsé genre comme votre grand-mère fait quand elle en mange!). Sauf que là, les spaghettis longs vont commencer à apparaître pis ça va être rendu trop long pour les manger. Alors le sujet va essayer de les aspirer... MAIS IL NE POURRA PAS! Les macaronis longs sont impossible à aspirer à cause du trou au centre. C'est comme si vous essayiez d'aspirer une paille: ça fait juste aspirer l'air au centre.
Servez les pâtes de troll à vos convives et regardez les se débattre en envoyant de la sauce tomate partout! 😀 (assurez vous de ne pas être celui qui doit faire le ménage après!)
[Source photo: Le meatball spaghetti monster, parce que je suis sûr qu'il approuverait cette idée!]

Une petite lettre au CRTC

Le CRTC veut permettre aux compagnies d'internet de facturer encore plus cher, en leur permettant de facturer un prix (genre 2 à 4$) pour chaque gigaoctets téléchargés. C'est une décision bête qui va tuer toutes les petites compagnies d'internet et permettre aux géants Bell et Vidéotron d'empocher encore plus.

Le CRTC est récemment revenu sur sa décision en disant «qu'il allait y penser» et qu'il allait tenir des consultations. C'est donc l'occasion de leur faire savoir ce qu'on veut, c'est à dire un internet libre.

Sur le site d'Open Média, vous pouvez remplir un petit formulaire pour envoyer une lettre au CRTC. Il y a même une lettre pré-écrite que vous n'avez qu'à signer et cliquer pour envoyer. Moi, j'ai voulu faire un peu différent et j'ai écris ma propre lettre. Je vous la recopie ici:

Bonjour, 

Radio-Canada a eu un coup de génie en offrant leur service Tou.TV où on peut visionner toutes leurs émissions en ligne. L'Office Nationale du Film (ONF) a aussi mis la majorité de son contenu en ligne pour qu'on puisse le voir de partout gratuitement. 

À quoi sert leurs démarches, à quoi sert d'offrir tout ce contenu «gratuitement», si c'est pour devoir payer ensuite des frais aux compagnies d'internet? Pour voir ces films et ces émissions, est-ce qu'il faudrait que je paye les compagnies d'internet plutôt que les sites qui produisent le contenu? C'est un peu ridicule, non? 

L'avenir des médias passe par l'internet. Si je veux regarder des émissions de télé, je les télécharge sur iTunes ou sur Netflix. Si je veux jouer à des jeux vidéos, je les télécharge sur Xbox, sur PlayStation ou sur ordinateur en passant directement par les boutiques en ligne de Microsoft, Sony ou Steam. Si je veux écouter de la musique, je peux l'acheter et la télécharger directement sur le site de l'artiste. Je peux faire tout cela grâce à l'internet. 

Je ne suis pas un pirate. Je me fais un point d'honneur de payer le juste prix pour tout ce que je veux télécharger. Je veux que les artistes récoltent l'argent que je leur paye. Je ne VEUX PAS que les compagnies d'internet récoltent cet argent à la place. On les paye déjà bien assez cher à chaque mois. 

Merci, 

Francis Sheridan Paré

Ce soir, je me couche tôt.

Et là tu te dis: «Bon, ça fait 3 soirs que je dors pas. Ce soir, faut que je me couche de bonne heure pour essayer de rattrapper tout ça!»

Mais là évidemment, tu vas checker tes courriels. Pis après ça, tu te dis «ooooooh, juste 2 minutes.... Je vais aller sur Facebook juste 2 minutes». Tsé genre tu te fait une promesse à toi-même.

Pis là, soudainement, y'a 1 heure qui vient de disparaître, pis t'es en train de cliquer sur ta vache... Faque là c'est genre toi avec le poing levé au ciel qui crie «CURSE YOU FACEBOOK!!!!!»

mais tsé, tu vas quand même jouer une game de Bejeweled...

C'est l'histoire qui compte

Je viens de lire un petit billet sur des trucs à respecter ou à éviter quand on écrit de la fiction. La liste est loin d'être exaustive et ce n'est certainement pas un cours sur comment devenir écrivain, mais c'est quand même 5 petits conseils pratiques qu'il est bon de garder en tête.

Selon moi, le plus important est le deuxième:

2. C’est l’histoire qui compte
Quand j’étais jeune et que je voulais devenir écrivain, je n’avais pas du tout envie de «raconter des histoires»… comme à peu près tous les jeunes qui veulent devenir écrivain. Une histoire, c’était un carcan, une mécanique artificielle à laquelle il fallait renoncer pour exprimer ses états d’âme et la réalité de la vie. Maintenant, je pense que tout texte de fiction est essentiellement «dramatique» – dans le sens où ce sont les événements vécus par les personnages qui ont le plus de signification. Décider de «ce qui se passe» dans notre histoire, c’est notre plus grande responsabilité et notre la plus grande opportunité d’expression. Et si on y renonce en racontant une histoire où il ne se passe «rien» ou «pas grand chose», ce «rien» ou ce «pas grand chose» est l’élément le plus significatif de notre œuvre.

http://barclayfortin.blogspot.com/2010/03/cinq-regles.html

Allez lire le reste, c'est très inspirant.