Billet pertinent à propos de mon zipper de manteau

Mon manteau d'hiver est vraiment scrap. Les attaches velcro ne tiennent plus, l'attache du zipper est pétée, les manches commencent à s'effilocher. Mais tsé, on s'en fout! Il fait encore sa tâche de manteau! Il est encore chaud. Pas besoin d'en acheter un neuf pour si peu!

Quand l'attache du zipper s'est brisée l'an passé, j'ai été bien embêté: comment faire pour attacher mon manteau? Ah ha! Un trombone a sauvé la situation! J'ai pu continuer à utiliser mon manteau un an de plus.

Aujourd'hui, l'anneau du zipper qui tenait le trombone s'est brisé. Malheur! J'étais prêt à renoncer finalement à ce manteau qui date du temps de Pilate!

Mais, c'était sans compter de la magie de Noël: après une observation minutieuse... Que vois-je? Un petit trou dans le zipper?? Juste parfait pour y faufiler mon trombone?! YESSSSSS!!!!!!

Mon manteau a encore de longues années devant lui!

La saga de mon diplôme (et pourquoi je m'en fous)

Finir son baccalauréat et recevoir son diplôme, c'est pas quelque chose de commun. C'est un événement important. On fête ça en grand. On va à une cérémonie où tout le monde est habillé avec la toge et on reçoit notre diplôme de la part du recteur de l'université. Tout le monde est content. Tout le monde sourit. C'est la concrétisation de 3 années de dur labeur et d'étude acharnée. Y'en a qui pleurent de joie. C'est la reconnaissance tant attendue. C'est tout ça et bien plus.

Ok, mais alors, pourquoi je m'en fous?

La cérémonie de remise des diplômes est tombée pendant que mes parents étaient en voyage en Europe. Mes amis n'y allaient pas parce qu'ils étaient tous encore en deuxième année. Je ne connaissais personne. J'ai dit: «bof, ça me tente pas full. Je m'en fous pas mal anyway.»

Ils ont envoyé le diplôme par la poste. Pour ceux qui n'ont jamais eu de diplôme universitaire par la poste, je vous explique. Ils t'envoient ça dans une grosse enveloppe géante et cartonnée. Du gros papier jaune épais et solide. À l'intérieur, y'a deux gros cartons pour empêcher l'enveloppe d'être pliée et donc empêcher que le diplôme soit abîmer. Y'a aussi une brochure pour ceux qui veulent faire encadrer leur diplôme. Y'a des options d'encadrement de 50 à 300$, avec de la petite cuirette et un fini en acajou et une bordure en argent et de la reliure en or et des diamants partout! (non, j'exagère pour les diamants, mais le reste est vrai)

Et le diplôme? À quoi il ressemble? Euhm..... ben, je ne m'en rappelle plus trop. Je l'ai à peine regardé. Il était fait avec du beau papier j'imagine. Et il y a sûrement le sceau officiel de l'université et des signatures officielles pour aller avec. Oui, c'est probablement ça qu'il y a dessus. Mmm, je m'en souviens à peine.

Et ensuite? Ensuite, qu'est-ce qu'on fait avec un diplôme? Je ne vais certainement pas payer la moindre cenne pour le faire encadrer avec de l'acajou et de la petite cuirette!

Non, sérieux, je ne savais pas trop quoi faire avec. Je l'ai laissé traîner sur la table de cuisine. Bon, je l'ai au moins remis dans la grosse enveloppe avec les cartons pour ne pas qu'il se fasse abîmer, mais c'est tout! Il a traîné là une semaine. En fait, c'était la deuxième semaine qu'il passait sur la table de cuisine. La première semaine, c'était avant d'ouvrir l'enveloppe. Je ne l'ouvrais pas parce que je savais ce qu'il y avait dedans (mon diplôme) et que ça ne m'intéressait pas. Ma mère le bougeait à chaque jour sur la table en espérant que je le vois. C'est quasiment si elle a pas mis des lumières de Noël dessus pour attirer mon attention. Évidemment, je l'avais vu mais je ne l'ouvrais pas.

Après avoir traîné une deuxième semaine sur la table de cuisine (ça c'était après l'avoir ouvert), ma mère s'est écoeurée et m'a dit de le ranger ailleurs. Alors, je l'ai pris et je l'ai mis sur le buffet à côté de la table. Elle n'était pas contente. Alors je l'ai pris et je l'ai mis sur le piano. Je pense que, cette fois-ci, elle ne m'a pas vu faire parce qu'elle n'a rien dit.

Il a passé une troisième semaine sur le piano dans la cuisine. Ensuite, ma mère s'est écoeurée et l'a mis dans «le tas». Pour ceux qui ne savent pas, le tas c'est, comme son nom l'indique, un tas de patentes et de gugusses qui traînaient et que ma mère met dans un tas dans le corridor. Là dedans y'a des manteaux, des bas, des vieux papiers, des journaux, des dictionnaires, des sacs de linge sale, des souliers, des formulaires d'inscription au tarif réduit de la STM, des balles de tennis, des batteries rechargeables, des étuis à caméra, des sachets de biscuits vides et... mon diplôme! Le tas -- cette entité vivante, grossissante, qui bouge et qui se reproduit parfois -- avait avalé aussi mon diplôme. Ça devenait un peu embarrassant.

Là, vous vous dites sûrement «mais pourquoi tu ne le rangeais pas à sa place, ton maudit diplôme?!»

Ouain......

C'est que, voyez-vous, un diplôme c'est gros. C'est genre ben plus gros que toutes les feuilles de papier que vous avez utilisées dans votre vie! Pis en plus, il faut pas le plier! (Ça serait ben le comble de le plier, après que l'université ait mis autant d'efforts, de cartons et d'enveloppe jaune épaisse pour le protéger des pliures!) C'est tellement gros, un diplôme, que ça ne rentre pas dans aucun tiroir, aucun classeur, aucune armoire. Sérieux, c'est vraiment gros! Genre gros comme une télé HD au plasma! Je savais vraiment pas où le mettre.

Finalement, après plusieurs autres semaines à traîner dans le tas, mon diplôme a disparu. Ma mère avait enfin trouvé une place pour le ranger. Je pense que je sais où c'est. J'ai pas vraiment été vérifié. Je l'ai dit: je m'en fous!

Un diplôme c'est juste un papier. C'est un papier qu'on affiche sur le mur pour péter de la broue. J'ai pas fait 3 ans d'université juste pour avoir un papier pour l'encadrer dans un fini acajou et velours et péter de la broue pendant le reste de ma vie. J'ai fait 3 ans d'université pour apprendre des trucs. Et les trucs que j'ai appris, je les ai appris, peu importe si y'a un papier qui dit que je l'ai appris ou pas.

Jeudi confession

Je me demandais où étaient passé tous mes draps de lit.

Je viens de les trouver.

Il semblerait que j'ai empilé plusieurs draps de lit sur mon matelas sans enlever les précédents. J'en avait trois épaisseurs...

Bon, je me rappelle vaguement pourquoi j'ai fait ça. C'est parce qu'aux résidences, le matelas est en plastique. Donc, il donne chaud. En mettant plusieurs draps, ça m'éloigne du matelas. C'est pareil comme l'histoire de la princesse au petit pois, sauf qu'on remplace le pois par un matelas en plastique et on remplace la princesse par moi. Comme on dit:: sorry but your princess is in another castle.

Quand tu tournes dans une bretelle d'autoroute, tu arrives presque à sentir la Terre qui tourne aussi, beaucoup plus vite que toi.

L'autre jour, j'étais dans l'auto à Blob. Il me faisait un lift et on s'en allait à une réunion pour Kyowa Québec je pense. Ou peut-être que c'était le jeudi matin quand on allait à l'université. Blob me faisait tout le temps un lift le jeudi matin parce qu'il est gentil et surtout parce qu'il devait lui-même monter à l'école tout seul et donc c'est moins pénible et ennuyeux pour lui s'il a de la compagnie dans l'auto.

Il me faisait entendre une tune. Je ne me rappelle plus pentoute c'était quoi la tune mais je me rappelle que c'était bon. C'était une bonne tune et on l'a écouté en silence, pendant qu'on roulait sur la bretelle de la route qui tourne et tourne pour nous mener à l'autoroute. Dans mon souvenir, j'ai eu l'impression qu'on a tourné vraiment longtemps pendant qu'on écoutait la tune. Et soudain, ça m'a frappé. Je ne l'ai pas dit à Blob tout de suite. J'ai attendu que la tune soit finie et je continuais à profiter du moment. Je profitais de ma nouvelle découverte. Et quand la tune a été finie, j'ai partagé ma découverte avec Blob. Je lui ai dit : « Je sais pas si tu te rend compte, mais moi je viens d'avoir une révélation. Ça m'a frappé pendant qu'on écoutait la tune et qu'on tournait dans la bretelle d'autoroute. (pause dramatique) Foutu qu'on est chanceux d'être en vie! ». (Ça c'est bien moi. Quand je dit quelque chose, il faut toujours que je tourne autour du pot super longtemps et que je mettes des pauses dramatiques.)

Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé ça à ce moment là. J'étais juste très content d'être en vie, pour avoir eu la chance de vivre ce moment là, la chance d'avoir pu viré dans cette super longue courbe d'autoroute qui a durée aussi longtemps que les 3-4 minutes de la tune. J'étais reconnaissant envers les aventures quotidiennes que j'ai vécues avec mes amis, même s'il n'y a rien de très aventureux là-dedans. J'étais juste content d'avoir eu cette réalisation et sur le coup, j'espérait pouvoir m'en rappeler à chaque jours de ma vie, pour avoir quelque chose à quoi me rattacher lorsque ça va mal.

Le problème, c'est que je viens de me rendre compte que j'avais oublié. Cet événement s'est passé il y a genre 2 mois et je l'avais oublié. Heureusement, je viens d'y penser tantôt, en contemplant quelque chose...

Quand la Terre tourne, si on tourne dans une bretelle d'autoroute au même moment, peut-être qu'on peut arriver à ressentir un petit peu de la rotation de la Terre, rotation qu'on ne ressent pas autrement dans le quotidien. Le monde tourne et recommence constamment dans un grand tournis quotidien et répétitif, mais moi je n'ai pas eu de répétition de ma révélation. Je voulais ressentir l'exaltation d'être en vie se faire répéter à chaque jour mais ça fait 2 mois et j'avais complètement oublié.

En regardant la dernière création de Zviane, I feel the Earth move, inspirée d'une musique-opéra de Philip Glass, je pensais à tout ça, pendant que ça se répétait sans cesse.

La session prochaine, je ne sais pas encore si je vais avoir un horaire intéressant avec des cours simultanément à ceux de Blob pour qu'il me fasse d'autres lifts. J'espère que je vais avoir d'autres jeudis matin et d'autres réunions de Kyowa pour qu'il m'amène dans d'autres courbes et d'autres autoroutes. J'espère que je vais continuer à être heureux de vivre. Et j'espère surtout que je vais m'en rendre compte plus souvent qu'une fois par 2 mois.

D'une certaine façon, c'est mon souhait et ma résolution pour 2010.

Ménage de blogue

J'ai fait du ménage sur mon blogue aujourd'hui. J'ai surtout réparé des liens brisés et des photos qui ne s'affichaient pas.

J'ai créé un libellé:: gazou. C'est hot hein? Combien de blogue peuvent se vanter d'avoir un libellé gazou?

J'en ai aussi créé un qui s'appelle vecteur, pour tout ce qui contient des flèches et des vecteurs.

Sérieux, j'ai vraiment un paquet de libellés niaiseux. Genre, des libellés de couleurs (brun, vert, rouge, jaune). C'est tellement inutile! Ou un libellé «mou». On adore! Ou alors, des libellés d'animaux comme ours, chatvache, science ou snick. Oups, c'est pas un animal ça! Est-ce que un roux c'est un animal?

Travail 1 de 4 terminé!

C'est le temps de se faire une petite victory danse de godzilla!

Malheureusement, je viens de faire une nuit blanche alors je n'ai pas beaucoup d'énergie pour ça. Et maintenant, il faut que je combatte la tentation d'aller niaiser sur internet. Le prochain travail étant à remettre jeudi (et n'étant pas commencé), c'est pas comme si j'avais vraiment full de temps à perdre!

(update: J'ai fini!!!)

Adieu

Bon, c'est le moment de prendre une décision drastique.

Je soussigné narF m'engage solennellement à lâcher Facebook et Twitter jusqu'à la remise de mon dernier travail de fin de session, soit dans environ 2 semaines. Je vais aussi essayer de limiter mes visites sur Tiny Cartrige, YouTube, Google Wave, Questionnable Content, xkcd et tous les sites niaiseux que j'arrête pas de visiter. Tout cela dans le but, bien sûr, de pouvoir finir mes travaux à temps.

Je vais probablement pas full updater ce blogue, mais je vais continuer d'updater mon status facebook et twitter à partir de Ping.fm, donc sans devoir véritablement aller sur ces sites (genre à partir de mon iPod).

Merci de votre compréhension, et n'hésitez pas à me chicaner si vous me voyez perdre mon temps sur internet. En particulier jouer à Bejewled Blitz sur Facebook!!! Entre temps, vous pouvez me contacter par courriel évidemment. Ça je vais continuer de les prendre 800 fois par jour de façon maladive.

Souhaitez moi bonne chance. Ça risque d'être chaotique!

narF oublie sa liste de trucs à ne pas oublier

Une nouvelle année d'école qui commence. J'ai donc emménagé aux résidences de l'université aujourd'hui. Je suis tout installé (presque). Ma vaisselle est rangée, mon linge est rangé (presque), mon lit est.....

Ah non, mon lit n'est pas prêt.

Parce que ouais, devinez quoi? Dans ma grande intelligence, j'ai oublié mes draps de lit! Bravo narF, félicitation. Ta mémoire se surpasse et tu gagnes des morceaux de robots! C'est vraiment une des pires choses que je pouvais oublier, puisque les matelas ici sont en plastiques et donc, après un certain temps dessus, la peau colle! Et le pire, c'est que, dimanche, quand je suis allé porté ma première batch de stock, j'avais noté que j'avais oublié mes draps et qu'il ne fallait pas que je les oublie la prochaine fois. Évidemment, j'ai oublié de regarder cette petite note...
Bah, c'est pas trop grave. Je vais me fabriquer un petit nid, ça va être drôle. J'ai quand même ma doublure de matelas, ma douillettes et mes oreillers (qui, eux, ont la chance d'avoir leur taie d'oreiller). J'ai aussi... du papier journal! Super! Heureusement qu'il ne fait pas froid aux résidences! (en fait, on mourre de chaud, donc j'ai pas vraiment besoin d'avoir des draps de lit).

Et maintenant, voici la liste des autres choses que j'ai oubliées:
  • ma souris d'ordi
  • un linge de table pour laver mon comptoir
  • ma paire de ciseaux pour faire du bricolage de cube en 3D pour résoudre les puzzles de Professor Layton (en trichant)
  • mes sandales (quel scandale!)
  • mon livre de fourmis (Le jour des fourmis)
  • mon chargeur à batteries
  • ... et probablement d'autres trucs que j'ai pas encore réalisé que je les ai oublié
  • ouais, je sais, la liste est pas mal longue!