Mener le combat contre l'impatience, l'anxiété et l'inquiétude en général.

À chaque guerre, y'a une armée de jeunes hommes qui partent au front et une armée de mamans qui restent seules à la maison à s'inquiéter. Tant qu'elles reçoivent des lettres de leur fils ou de leur maris, elle sont rassurées. Même pas besoin de les lire en fait. Juste de savoir qu'ils écrivent chaque jour est rassurant. Tant qu'il y a de l'écrit, il y a de l'espoir!
Sauf qu'il peut arriver parfois un moment où les lettres cessent sans explications. Il peut y avoir plusieurs raisons. Peut-être que le jeune n'a plus le temps d'écrire parce qu'il est dans une bataille importante ou dans une situation complexe. Ou alors, peut-être que le service des postes est difficile parce que les routes sont coupées. Il n'y a pas vraiment de raison de s'inquiéter. Ce n'est pas dramatique et ça ne veut pas dire qu'il y a quelque chose de grave qui s'est arrivé.
Mais évidemment, ça ne sert à rien de dire ça. Il y a quand même une armée de femmes qui s'inquiètent toutes seules chez elles.

Leave a Reply