Questionner la motivation

Mon ancien thérapeute, que je consultait pour des problèmes de motivation, me demandait souvent pourquoi je voulais faire les choses que je voulais faire. Je lui parlais de comment je me sentais mal de remettre à plus tard des choses que je devais faire. Au lieu de m’encourager à les faire, il me demandait pourquoi c’était si important, pourquoi je voulais faire ça. Même pour des trucs importants comme faire du yoga, marcher dehors, faire mes tâches pour ma job, il me faisais réfléchir à pourquoi je tenais absolument à faire ça. C’était un choc pour moi: comment pouvait-il m’encourager à ne pas faire d’activité physique?!

Ma nouvelle thérapeute me que c’est correct de vouloir rien faire. Qu’on n’est pas toujours obligé de régler tous les problèmes tout de suite immédiatement. C’est bien beau la croissance personnelle et vouloir s’améliorer, mais on n’est pas obligé de faire ça maintenant. C’est correct d’avoir une journée de marde de temps en temps et d’avoir envie de juste écouter la télé et se coucher beaucoup trop tard. Tant que ça n’arrive pas tous les jours et que ça n’a pas de conséquences trop graves.

La motivation est un truc flou, difficile à cerner, à attraper, à dompter. En faisant l’effort de se demander pourquoi on veut réellement faire les choses, ça aide à comprendre les sources de nos motivations.

Note: Ceci n’est pas un conseil ou une recommandation. Si ce que j’écris vous semble pertinent à votre situation, vous devriez consulter un.e spécialiste.


par

Leave a Reply