Se plonger dans les souvenirs, et constater que ça va mieux

Je relis des vieilles notes et journaux personnels. C’est drôle de relire ce qu’on pensait il y a des années. Des fois, je me console parce que je me rend compte que j’ai évolué de manière positive. Et d’autre fois, je relis une note et je vois que rien n’a changé aux sources de mes frustrations.

Prenons celle-ci, daté de 2014, le 10 janvier (donc il y a 5 ans) :

Je suis de plus en plus frustré contre tout et rien ces temps-ci. Je ne suis pas sûr de comprendre pourquoi.

Je suis frustré contre mon Mac qui est rendu lent et qui a plein de problèmes. Je suis frustré contre des trucs niaiseux comme ma manette qui a vidé sa batterie et contre les designer tapon qui n’ont pas mis d’indicateur de niveau de la batterie. Je suis frustré contre Steam qui est rendu lent et qui a un UI de cul. Et des bogues qui font que les jeux effacés ne sont pas réellement effacés et donc continuent de prendre de la place. Je suis frustré contre Google qui essayent de mettre du maudit Google+ partout et qui changent tout, tout le temps, mais jamais pour le mieux. Genre les Hangouts pour enregistrer On a juste une vie. Genre Picasa qui crash à tous les 5 minutes.

C’est des petites niaiseries, je sais. J’écris ça et j’ai l’impression d’être un gros bébé gâté qui chiale pour rien. Mais je sais pas, depuis quelques temps, quand je vois du mauvais design, ça m’enrage! Je deviens vraiment fâché.

C’est drôle parce que, comme je disais, d’un côté, j’ai changé. Je suis certainement moins frustré contre tout aujourd’hui qu’à l’époque. Mais les causes de mes frustrations? C’est les même aujourd’hui qu’à l’époque! Steam n’a pas changé. C’est encore une interface de cul qui lag. Et Google continue de pousser leurs produits partout. C’est en partie pour ça que j’essaye de m’éloigner de ces plateformes là.

J’imagine que je suis rendu plus zen. C’est sûr que ça aide que j’ai maintenant une job stable et motivante. Je ne pouvais certainement pas dire ça en janvier 2014. C’était avant que je commence chez Ludia, quand je faisais des jobines de QA en freelance. C’est-à-dire aucunement stable ou motivant.

Il faut savoir apprécier les changements positifs qui nous sont arrivés dans la vie.

Laisser un commentaire